Noël et moi : je t’aime, moi non plus ?

Novembre, c’est un mois que je n’aime pas vraiment. Entre le changement d’heure, les journées qui raccourcissent et le froid qui s’installe, il y a de quoi miner le moral d’un apprenti·e écolo… Heureusement, on peut dignement commencer les préparatifs de Noël ! Mais Noël est-il compatible avec un mode de vie écologique et ou minimaliste ?

Noël, un moment de partage avant tout

Pour beaucoup d’entre nous, Noël c’est d’abord les retrouvailles avec la famille et l’occasion de réunir tout le monde. C’est particulièrement vrai pour moi, car je ne vois mes cousins, oncles et tantes quasiment qu’à Noël. Pour moi, c’est ça l’esprit de Noël : passer ensemble de bons moments. Bon certes, on a souvent le droit aux blagues relou du Tonton Gaston et au baratin sur le thermomix de Tata Janine (comment ce truc peut-il être un sujet de conversation aussi longtemps sérieusement ?). Mais ça n’arrive qu’une fois dans l’année – on peut survivre 😉

Pourtant, depuis que j’ai entamé ma transition vers un mode de vie écologique et minimaliste, mon rapport à Noël à changé. Je me suis mise à réaliser l’impact de cette fête, et c’est pas jojo (joli quoi).

Noël, la célébration de la consommation

Depuis une vingtaine d’années – ou plus je sais pas j’étais pas née hé hé – Noël est devenu une aubaine pour les commerçants, dans une logique parfaitement capitaliste : à qui mieux-mieux. Et moi j’ai les plus belles décorations (qui consomme je ne sais combien de kWh), et moi je fais 20 cadeaux à chacun de mes enfants – y’à qu’a voir Dudley Dursley -, et moi je fais à manger pour dix jours, et moi j’emballe trois ou quatre fois mes cadeaux parce que c’est rigolo…  Et c’est bien là ce qui me dérange : est-on vraiment obligés de se goinfrer au sens figuré et au sens propre pour apprécier cette fête ? (Je t’aide un peu : NON) Mais pour réussir à sortir de cette logique de surconsommation, ce n’est pas simple… Notamment parce qu’on fait Noël avec la famille… qui n’y est pas (toujours) nécessairement sensible. Eh ouais, faut la jouer collective – t’es bien obligé en fait !

PS : je n’ai pas de Tata Janine ni de Tonton Gaston. Si jamais tu te demandais.

Noël, une pratique souvent peu écologique

Réfléchis, cher·e apprenti·e, à tous les déchets, tous les achats inutiles et tout ce que tu consommes pour Noël. N’est ce pas un peu exubérant? Allez, faisons ensemble une liste non exhaustive de tout ce que tu consacres pour cette journée :

  • les décorations de Noël : les guirlandes électriques consomment de l’électricité, boules en plastique non recyclables, guirlandes en matière synthétique, sapin cultivé uniquement pour ce but, produits toxiques pour décorer tes fenêtres…
  • les papiers cadeaux : le carton, le papier en soi (d’ailleurs pas toujours recyclable en fonction du pelliculage du papier m’a-t-on-dit), les sac autour du cadeau… Franchement inutile quand on connait les furoshikis
  • les cadeaux : entre toi et moi, tu reçois des cadeaux qui ne te plaisent pas ou ne te serviront jamais. Tu sais aussi que tu passes (ou va passer) un temps inestimable dans des centres commerciaux pour revenir les bras chargés de cadeaux. Tu perds un peu ton temps et ton argent pour une joie de recevoir non garantie
  • les repas : ne parlons même pas de la consommation de dinde, de saumon fumé et de crustacés. Si tu manges du foie gras, je te conseille de regarder ceci. Et pour le reste, si c’est chez toi comme chez moi, on se retrouve avec des restes pour trois jours….

Tout ça pour une seule journée. Sincèrement, on marche pas sur la tête là ?

giphy (4)

Ouais ils sont d’accord avec moi !

Les cadeaux…empoisonnés ?

Rentrons dans le vif du sujet. À Noël, on se retrouve avec les gens qu’on aime – une partie du moins – et pour leur manifester notre affection, on leur fait des cadeaux. J’ai toujours aimé me triturer la tête pour faire un cadeau adapté à la personne. Pour moi, le cadeau tire sa valeur de la réflexion qu’on y a mise, et non du prix ou la grandeur de l’objet. Par ailleurs, j’ai toujours aimé faire des cadeaux moi-même, que ce soit des bijoux, des choses utiles… Oui le collier de pâtes dégueu que mamie se sent obligé de porter, c’était moi. Déso pas déso. Ça tombe bien, parce que c’est plus écologique. Depuis deux ans, j’essaye de faire des cadeaux écolo à mes proches pour les sensibiliser à l’écologie. L’année dernière par exemple j’ai offert des tawashi que j’ai tricoté et des bougies ratées faites maison. Il est en fait assez facile d’offrir des cadeaux écolo – ça fera l’objet d’un autre article. Il est par contre bien plus compliqué de recevoir des cadeaux.

giphy (3)

Même Bob a du mal avec autant de cadeaux…

Comme tu le sais (peut-être), je suis dans une démarche minimaliste (si tu te dis kezako, viens jeter un œil ici). Même si le chemin est long, je fais petit à petit des progrès, notamment en matière de désencombrement. Mais des que Noël arrive, je vois poindre la catastrophe… Que faire de ce livre – tu sais aussi bien que moi que les chances que je le lise sont faibles – de ce collier, de ce truc rigolo (5 minutes, mais plutôt agaçant les 5 années d’après) ? Bon, je dois te sembler un peu radicale. Mais imagine : tu fais d’énormes efforts pour désencombrer chez toi, pour identifier tes juste besoins, pour réduire tes déchets, ton impact environnemental. Bien sûr tu es motivé·e, mais c’est quand même un sacré boulot. Et là, tu te retrouves avec un tas d’objets, dont certains qui ne te plaisent pas, d’autres qui font doublon avec ce que tu as déjà, le tout suremballé à souhait…. Bref, comment éviter de gonfler le nombre de tes consommations d’un seul coup ? C’est simple : sensibiliser et prévenir.

Noël, un sport d’équipe

Oui c’est un sport – pour ton estomac et ton foie surtout. D’ailleurs on s’y prépare tous deux mois à l’avance – ou pas me dit-on dans l’oreillette. Mais l’important c’est l’équipe.

Noël ça concerne tous les convives, et imposer ses choix semble suicidaire compliqué. Par contre, tu peux faire de la pédagogie en expliquant à ta famille que tu préfèrerais les cadeaux utiles, consommables et immatériels. Tu peux leur soumettre un ou plusieurs arguments, pour qu’ils comprennent ton état d’esprit.

Je ne prétends pas du tout être la reine en la matière – je n’ai pas réussi grand chose l’année dernière. Je te présente quand même certaines idées pour sensibiliser ta famille et essayer de rendre Noël plus écologique.

  • fais une liste de cadeaux et demande à tes proches de s’y tenir
  • sensibilise tes proches aux conditions de vie des canards à foie gras, en leur demandant si l’on pourrait s’en passer cette année (mon epic fail de l’année dernière…)
  • montre à tes proches comment faire un furoshiki ou un paquet cadeau avec du journal ou du papier kraft (typiquement les sachets des magasins en vrac)
  • fais-leur des cadeaux écolo ! (des idées à venir dans un autre article)
  • propose un menu plus respectueux des animaux

Si tu as d’autres idées, ou si tu as réussi à faire évoluer les choses chez toi je suis preneuse !

Je te donnerai bientôt des conseils pour faire des cadeaux écolo. En attendant…
giphy (2)
C’est mon calendrier de l’avent à moi

 

Publicités

3 réflexions sur “Noël et moi : je t’aime, moi non plus ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s