Festival Zero Waste 2018 : j’y étais !

Coucou les apprentis ! Vous avez passé un week-end excessivement chaud, à regarder le foot ? Moi…pas ! Samedi, j’ai participé au Festival Zero Waste, un festival qui parle d’écologie, de zéro déchet et qui donne la pêche ! Retour sur cette belle journée.

Lire la suite

Publicités

Mes objets durables #4 : les petits objets du quotidien

Le zéro déchet, c’est un peu une sorte d’alarme que tu intègres dans ta tête : quand tu vas produire des déchets, elle sonne pour éviter cet achat. Grâce à certains objets, au demeurant très simples à se procurer, mon alarme sonne moins !

Il est en fait assez simple d’éviter un certain nombre de déchets. Il suffit d’acheter en amont de quoi les remplacer par du durable et de ne pas succomber à la tentation du jetable… Voici les objets durables que j’ai acheté dans cette logique, en plus des oriculi et des cotons lavables ou encore des tawashi.

Lire la suite

Mes objets durables #3 : Le tawashi, ta nouvelle arme

Coucou les apprentis ! On continue la série des objets durables avec un de mes chouchous : le tawashi. Alors non il ne s’agit pas d’un instrument de torture japonais… Enfin ca dépend si pour toi la vaisselle c’est de la torture !! 😉

Lire la suite

Ce que la cosmétique naturelle a changé

Coucou les apprenti·e·s ! Je vous parle à nouveau de cosmétique naturelle aujourd’hui, pour aborder tous les bienfaits qu’elle m’apporte. Eh oui, je me suis rendue compte que passer à des cosmétiques naturels, même si ce n’est pas à 100 %, ça change deux trois petites choses…et en bien ! Alors tour d’horizon des changements que j’ai pu observer après environ un an de transition vers la slow cosmétique. C’est parti !

Lire la suite

Le compost en ville : comment faire ?

Coucou les apprentis ! Aujourd’hui on parle compostage. Pourquoi ? Parce que ⅓ de nos poubelles est composé de biodéchets ! Et lorsqu’il s ne sont pas valorisés, non seulement c’est du gâchis mais c’est aussi toxique (je laisserai Mr ecolo vous expliquer ça un jour). Même si ce n’est pas le plus simple de composter en ville, c’est possible ! Voilà mes astuces pour y arriver.

NB : je ne parle pas ici du lombricompostage qui est une solution pour les citadins car je n’ai jamais testé = si tu as des retours sur le lombri compositeur en appartement je suis preneuse !

Lire la suite

Désencombrer #2 : les vêtements !

Coucou les apprentis ! En bonne apprentie écolo et minimaliste, je vous parle aujourd’hui de désencombrer. Mais pas n’importe quelle pièce, ni n’importe quel objet : les vêtements. Je vois déjà quelques visages pâlir… Pourtant c’est pas si compliqué, et ça fait du bien ! Je vous guide et vous livre ma méthode, c’est parti !

Le désencombrement, c’est quelque chose que j’ai découvert en lisant le livre de Béa Johnson (je t’en avais parlé ici). Elle pousse le concept à l’extrême, puisque toute sa garde-robe tient dans un bagage cabine. Elle applique ce principe à tous les éléments de sa vie. Aussi, quand j’ai déménagé j’avais fait un vrai désencombrement de ma bibliothèque. J’en avais aussi profité pour faire du tri et me délester de pas mal de vêtements.

P1080540

Six beaux sacs de vêtements à qui j’ai dit adieu !

Ce désencombrement de mon placard n’a pas vraiment cessé depuis : je m’y remets quand j’en ressens le besoin, notamment aux changements de saison. En fait, je ne suis pas encore satisfaite, et c’est lié aux raisons pour lesquelles je désencombre.

Pourquoi je désencombre mes placards ?

C’est vrai, tant de temps à se demander si je garde tel ou tel vêtement… Je le fais pour plein de raisons, et depuis plus d’un an sans y voir à redire – ça fait du bien d’être d’accord avec soi-même ;). 

  • Pour libérer de l’espace dans mon appart parisien, qui est, par définition, pas super grand, et que je partage avec Mr Ecolo.
  • Pour avoir un espace de vie plus aéré et apaisé : moins d’affaires, c’est moins d’espace occupé par des fringues. Bon en fait, j’ai encore une commode remplie à ras bord… Mon but pour le moment étant surtout d’avoir des meubles à rangement qui ne sont pas pleins à craquer 😉
  • Pour dépenser moins d’énergie dans le rangement et le choix de ce que je vais mettre chaque matin ! Ça semble logique : moins on a de vêtements, plus il est facile de choisir ce qu’on met. Et on n’a plus à laver des vêtements qu’on ne met pas ou qu’on a en double.
  • Parce que je n’en ai pas le réel besoin : concrètement, j’ai pas besoin au sens strict d’une montagne de vêtements… Mes « besoins » se limitent à pouvoir m’habiller tous les jours, dans quelques chose qui me va bien et qui me tient chaud (surtout en ce moment)
  • Pour apprendre à consommer juste ce qu’il faut : c’est un bel exercice pour remettre en question sa manière de consommer et de concevoir la consommation. Je réfléchis enfin à ce que je fais, et je ne suis plus en mode automatique (= dicté par la société de consommation).
  • Parce que d’autres en ont plus besoin que moi et que dans mon placard, ces vêtements esseulés ne servent à rien !

Bon ok, vous allez me dire « Ouais c’est bien tout ça, mais c’est pas si simple de désencombrer… » Je te le fais pas dire Marcel. Mais pour toutes ces raisons ça vaut le coup. Et puis, il suffit de se fixer des règles pour s’aider !

Quelles règles s’imposer pour faciliter le désencombrement ?

Le tout pour bien désencombrer, c’est de s’établir des règles. Tu peux les édicter avant de commencer, ou pendant, à toi de voir. Je trouve cela beaucoup plus facile pour éviter les doutes du genre « oui mais quand même je l’ai pas beaucoup mis c’est dommage » ou au contraire « mais je le mets tout le temps »… Voici les règles que j’essaye d’appliquer pour décider si je garde une pièce de ma garde-robe. Les vêtements qui répondent aux critères suivants sortent :

  • Les vêtements qui ne me vont pas ou plus (trop petits, rétrécis au lavage, etc…)
  • Les vêtements qui ne sont pas à mon avantage : les trucs moulants, à la taille trop basse,… à toi de voir ce que tu mets dans cette catégorie. Je compte là dedans aussi les vêtements que je ne « sens pas », aka qui pour une raison qui m’échappe ne me plaisent pas sur moi.
  • Les vêtements très peu mis pour l’une des raisons précédentes
  • Les vêtements que j’ai en double, triple ou plus. Par exemple les t-shirts noirs basiques : j’en avais 5! Certes avec quelques différences mais quand même. Donc j’en ai gardé deux… La route est encore longue 🙂
  • Les vêtements abîmés et non réparables : tâches impossibles à laver, trou que l’on ne peut pas raccommoder ou que je ne sais pas raccommoder…

Tous mes vêtements qui sortent sont ensuite divisés en deux tas : ceux que je vais donner/vendre et ceux que je vais garder en tant que tissu, chiffon, etc.

Tu peux faire un tas « à voir » et y revenir en fin de tri ou même quelques semaines plus tard. J’aime bien la deuxième possibilité : si ça t’a pas manqué, et que tu y as même pas pensé, ça te prouve que tu n’en as pas vraiment besoin.

P1080566

J’ai récidivé cet été…

Avec ces règles, le désencombrement devrait être moins pénible. Parfois j’essaye de nouveau les vêtements pour être sûre de moi. Et à chaque fois je prends vraiment chaque vêtement en main et je me pose toutes les questions précédentes.

Je te conseille aussi de mettre tous tes vêtements de la même catégorie au même endroit, visibles, pour pouvoir constater les doublons et surtout le nombre de vêtements que tu possèdes. Tu verras, ça fait souvent un choc !

Que faire des vêtements dont on se défait ?

Une fois que tu as ton tas de vêtements à donner, plusieurs solutions s’offrent à toi :

  • Les bennes qui récupèrent les textiles type Le Relais ou La Fibre du tri. Il y en a dans de très nombreux endroits. L’inconvénient c’est qu’on n’est pas sûrs que certains vêtements pourront être distribués à des gens qui en ont besoin.
  • Des proches si cela correspond à un vrai besoin : il ne s’agit pas d’encombrer tes proches pour te désencombrer hein ! 😉 Souvent tu te débarrasses de pièces en bon état, ça peut toujours intéresser des gens autour de toi.
  • Des associations comme le secours catholique ou Emmaüs
  • Des applications comme Geev ou des sites comme Videdressing et Vinted que je n’ai personnellement pas encore utilisé, mais je n’en entends que du bien. Sur ces deux derniers tu peux vendre les vêtements en bon état. Une bonne manière de se faire quelques sous tout en étant sûr que le vêtement sera utilisé par quelqu’un d’autre.

 

Voilà, tu es paré·e pour désencombrer ton dressing ! Tu l’as compris, Rome ne s’est pas faite en un jour : le tout c’est de commencer, et tu verras le bien que ça fait. Si, si, je t’assure. Alors, bon désencombrement !

 

Ma crème hydratante minimaliste <3

Coucou les apprentis ! Par ces temps effroyables de vent et de froid s’attaquant à votre corps, deux solutions s’offrent à vous. Primo ne plus sortir (option marmotte, que j’avoue apprécier). Secundo, se couvrir, boire chaud et s’hydrater convenablement. Tu l’auras compris, on va parler de protection de ta peau et particulièrement de ton joli visage. Oui, mais sans produits cracra, sans craquer ton slip en produits trop chers et sans s’encombrer de 3 millions de crèmes inutiles. Allez, viens, hydratons-nous ensemble !

L’hiver est là. Comme quoi, Jon Snow avait pas tout compris, et on se retrouve dans le froid. Je sais pas toi, mais là où je suis, le pire c’est ce petit vent qui te mord la peau et te donne l’impression qu’il fait -5°C (-15°C nous dirait Mr Ecolo, mais chacun sa jauge ;)). Comme tout un chacun sur cette planète ou pas j’aime m’enrouler dans ma couette, dans un plaid ou tout autre chose chaude et douce avec une tasse de thé et une série à binge-watcher.

Lire la suite

« Rien de neuf » : je participe au défi !

Coucou les apprenti·e·s ! L’association Zero Waste France a lancé un défi pour l’année 2018 : ne rien acheter de neuf. Dis comme ça, ça fait flipper… Avec mon amour du minimalisme et mes tentatives de désencombrement, je ne pouvais qu’accepter le défi ! Découvre tout de suite de quoi il s’agit…

Lire la suite

Lecture écolo #2 : J’arrête de surconsommer, de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken

Coucou les apprenti·e·s ! Vous avez peut-être pris de bonnes résolutions, écolo évidemment pour 2018. Mais par où commencer ? C’est souvent la question qu’on se pose, et on manque souvent d’informations. Heureusement, de nombreuses lectures s’offrent à nous… comme J’arrête de surconsommer ! Ni une ni deux, je vous dis ce que j’en ai pensé !

Lire la suite

Mes objectifs écolo : bilan 2017 et objectifs 2018

Coucou les apprentis ! Et surtout bonne année ! En ce 1er janvier 2018, je me devais de revenir sur les objectifs que je m’étais fixée en 2017…pour m’en fixer de nouveaux pour 2018. Je ne suis pas fan des bonnes résolutions, mais se fixer des objectifs, je trouve ça positif. Allez c’est parti, sans ménagement mais avec bienveillance, faisons le bilan de 2017 !

giphy (6)

Lire la suite